Et j’étais une chose à toi

Derniers jours de vacances avant un épisode longtemps attendu, longtemps espéré de mon petit voyage sympathique (ha, aha, hahaha), ma quête dans les donjons de l’Art Lyrique. Je m’allume un café, je bois ma télé, et je commence à fumer mon YouTube.
Dans les recommandations, au milieu des debunks de FakeNews et des analyses du dernier trailer de Game of Thrones, un titre attire mon attention:
« Contemporary singing technique – VS – Old Singing »

Ce genre de vidéos bourgeonne pas mal sur le Tube consacré au classique, et avec mon ami pianiste Thibaud Epp c’est régulièrement l’occasion de dégainer chips et bières pour se fendre la cochlée. Le principe: comparer, parfois en vrac, parfois moyennant thématique (un extrait d’aria célèbre, une tessiture, une question de technique vocale) des chanteurs modernes/contemporains et des chanteurs de l’Âge d’Or, dans le but de prouver qu’aujourd’hui tout fout l’camp, qu’avant c’était mieux, que l’Opéra c’est plus ce que c’était bref, la Querelle des Anciens et des Modernes.

Alors bien sûr, le doux sceptique que je suis sent ses alarmes internes se mettre à hurler les unes après les autres, et les critiques fusent. S’il faut parler de technique(s), comment se fait-il que les auteurs de ces vidéos ne se rendent pas compte qu’il est parfaitement illusoire d’accorder la même valeur de source à des enregistrements vieux de plusieurs décennies face à des enregistrements modernes bénéficiant de techniques aussi différentes que monstrueusement performantes?

Si on parlait de monstres?

Oh les grosses bêtes, que j’me dis, mon cher. Mais oui, comment ne pas considérer qu’un enregistreur sur bandes de quelques pistes seulement n’a rien à voir avec les monstres de technologie actuels, en numérique, qui n’ont de cesse de rendre encore plus perceptibles le moindre défaut, la moindre incongruité d’émission vocale, de justesse et j’en passe?
Sans dire que nos enregistrements sont en soi meilleurs qu’il y a cinquante ans, il me semble surtout qu’on ne capte pas la même chose. On peut convenir que naguère, les enregistrements visaient à rendre une oeuvre ou un artiste accessible, permettre au grand nombre de profiter de l’émotion d’un concert ou de la version d’un grand chef. Aujourd’hui, cette ambition est peut-être toujours là, mais le Démon Promotion a fait son entrée dans les haut-parleurs.

Moi le premier, je considère que l’enregistrement (la « captation », la « capta » comme qu’on dit de par chez nous) est un outil de promotion, de marketing, de vente: attirer des publics, mais surtout des professionnels. Finalement, les vidéos sur le Tube ou ailleurs entièrement disposées au plaisir des amateurs, seuls les géants du lyrique en jouissent au chaud. Et encore, l’agent, la maison de disque, fera parfois pression pour qu’une performance jugée moyenne ou en tout cas en-deça des critères admis soit retirée.

Mais mes chers, mon petit karma d’artiste lyrique se révolte, comment d’indicibles anonymes des internets se permettent de juger, de critiquer, de manière parfois atrocement violente, d’immenses artistes tels que Renée Fleming ou Anna Netrebko? je souffre avec mes collègues de ce traitement injuste et ignoble. Mes collègues? Renée? Anna? On en rirait, n’est-ce pas, petit Samy, mis bout à bout de ces grands.

Et puis, Fanny.

Mais après avoir écouté une vingtaine, une trentaine, une quarantaine d’extraits de la même phrase du Sempre Libera entonné par cohortes de sopranos fameuses, les unes modernes et soit disant viles, les autres légendaires et soit disant glorieuses, j’ai comme entendu quelque chose.
Depuis quelques mois déjà je vis avec ce personnage de Don José, j’ai aimé et souffert avec lui à longueur de journée, de répétition, et déjà d’une douzaine de représentations. Le mois off a été dépensé en introspection, analyse, doute, puis travail acharné, note à note, conquête mesure par mesure, mot à mot, souffle à souffle. Qui de ce passage pianissimo? Quid de ce fameux Si bémol? Quid de ce changement de tempo? Quid de ce phrasé? Jusqu’à l’explosion. La rage. L’angoisse. Que veulent-ils entendre? Comment me mesurer aux grands noms glorifiant ce grand rôle?

Et ces grandes sopranos me l’ont dit. J’ai entendu leur réponse: les rôles sont plus grands que nous. J’ai longtemps tenu ce propos, que si certains prétendent être au service des compositeurs, c’est au contraire nous qui leur rendons service, en donnant soir après soir vie à leurs œuvres. Je ne sais pas si je changerai mon fusil d’épaule, par contre je viens de lui ajouter une belle lunette de visée, à ce diable.

Oui, nous rendons un service à ces grands artistes pour que leurs miracles apparaissent et encore et pour longtemps aux oreilles, aux yeux, à l’âme du public. Mais eux-mêmes ont été dépassés par leurs miracles. Leurs chefs-d’œuvres sont devenus des Olympes, et leurs personnages, des Dieux. De manière bien dyonisiaque je vous l’accorde, je dois avouer ma soumission à nos Dieux. Manon, Des Grieux, Violetta, Alfredo, Carmen, José. En vérité je vous le dis, j’ai péché par orgueil, pensant me mesurer à ces personnages. Si un Kaufmann ou un Domingo proposent des solutions à tel problème rencontré dans la partition, voire même avouent leur difficulté à maîtriser jour après jour tel passage difficile, il existe une raison toute sainte. Les rôles sont plus grands que nous. Nous devons le respect et l’obéissance à nos Dieux, ceux que nous nous sommes choisis et que nous invoquons chaque soir devant vous. Et parfois, parfois seulement ils nous répondent et nous accordent leur Grâce.


Mes chers contemporains et vous mes aïeux, à ma mesure mes amours et mes peines vous sont semblables. Si je ne suis que Samy, je peux sans crainte être votre collègue.
Ô José, je te sers en ce moment. Accepte mon amour et mes si bémols parfois fautifs. Je te donne mon cœur, j’attends ton amour avec impatience.

Catégories :A propos

samycampstenor

French Tenor en Vadrouille

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s